Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 20:41

Mouais... Faudrait peut-être pas confondre justice et vengeance...

On ne va certes pas pleurer la mort d'un salopard. Quant à s'en réjouir...

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 18:13

Deux enfants de 4 et 6 ans braqués par des hommes armés et cagoulés, et cela en pleine cambrousse...

En savoir plus

Encore une abomination, dans l' extrême droite ligne de ceci et cela, alors même que les prétendues preuves sont sérieusement mises en doute.

Ras-le-bol de la violence qui s'attaque aux plus faibles !

Ras-le-bol de l'ultra-droite hiérarchico-hétéronome ! et de la prétendue ultra-gauche avec tant qu'on y est !

Qu'on rétablisse les jeux de l'arène, qu'on y flanque les bleus et les noirs, tous ceux qui s'encagoulent, de quelques bords qu'ils soient, les rouges, les verts, les blancs, les violets, et tous les encravatés de la guerre économique, et les baiseurs de mules et les ramasseux de fric, et les contempteurs de la paresse et les quéquêteurs du challenge, et tous les affolés de la compétition et de la struggle for life de mes deux, tous, tous, tous ! tous ceux qui aiment se foutre sur la gueule, qu'on les laisse se bastonner jusqu'à plus soif puisque c'est ce qui leur plaît ! (Il ne resterait malheureusement plus grand monde.)

Et que l'on arrête de commettre en notre nom (puisque nous sommes paraît-il en démocratie) des actes abominables que rien ne justifie — oui, messieurs les juges et les policiers, rien ne justifie de braquer un enfant de 4 ans soi-disant pour le calmer, rien ne le justifie ! Et c'est abominable. (A-t-on encore le droit de le dire ?)

Comment des gens peuvent-ils renier leur humanité et abandonner leur intelligence au point de braquer un gamin de 4 ans ? Comment peuvent-ils être aussi durs avec les autres, et aussi laxistes avec eux-mêmes ? Que font les pouvoirs publics pour que ce genre d'insécurité, dont ils sont seuls responsables, qu'ils favorisent, et cela en notre nom, cesse ? Se complairaient-ils dans le laxisme ?

(Post-scriptum : Je revendique la qualification de gros con d'abruti d'humaniste ingénu qu'on ne manque jamais de m'attribuer — et je ne vois aucune raison d'évoluer sur ce point.)

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 18:24

Le sage n'agira-t il donc jamais sur la société ?

Le sage sait qu'on ne détruit ni l'injustice sociale ni l'eau de la mer. Mais il s'efforce de sauver un opprimé d'une injustice particulière, comme il se jette à l'eau pour sauver un noyé.

Han Ryner, dans le chapitre IV du Petit manuel individualiste

Et rebelote ! La citation pourrait servir tous les jours.

*

Etant un abruti d'idéaliste non-violent, les méthodes "insurrectionnalistes" ne m'enthousiasment guère. Il me semble qu'il y a autre chose à faire que de dépenser autant d'énergie à faire la fortune des vitriers. Je ne vais pas non plus pleurer sur des vitrines de banque brisées et des distributeurs de billets cassés. L'action est assurément politique (les cibles ne sont pas choisies au hasard), mais l'immense majorité des gens n'a pas les clés de lecture de ce spectacle, et se contente donc d'y voir une bande d'excités affolés de destruction. Je ne parle même pas de l'opportunité de ce genre de représentation en plein milieu d'une foule de badauds venus avec leurs mômes pour assister à un genre de théâtre de rue bien plus paisible.

Un happening de ce tonneau a donc eu lieu il y a une semaine à Poitiers, avec le succès que l'on sait. Grand succès en tout cas pour le ministère de l'Intérieur, qui n'aurait pu rêver mieux pour faire passer comme une lettre à la Poste (bientôt privatisée) deux nouveaux fichiers orwelliens.

En revanche, pour les libertaires locaux, c'est une belle catastrophe. Si les dégâts matériels causés à quelques multinationales sont sans doute réparés depuis pas mal de temps, les copains du coin n'ont pas fini de morfler.

La police n'ayant pas pu empêcher la casse (et je ne vois pas bien comment elle aurait pu faire autrement — à l'impossible nul n'est tenu) a cru laver son honneur en se montrant assez peu courtoise lors de la perquisition le soir même d'un lieu culturel alternatif. Par "assez peu courtoise", entendez "coups de tonfas, destructions de matériel de sonorisation et humiliations". Est-il besoin de préciser qu'il n'y avait aucune raison pour que les personnes se trouvant dans cette salle soient précisément les mêmes que celles qui avaient joué aux brise-glace plus tôt dans la journée ?

Aux gens de guerre, il faut une revanche : des boucs émissaires furent trouvés promptement. Et dès le surlendemain (le temps d'attendrir le mental, sinon la viande), huit personnes passaient en comparution immédiate, alors que certain contempteur d'auvergnats appelait de ses vœux des "sanctions dures" — remarquez bien qu'il était question de dureté, pas de justice.

On ne peut désavouer un ministre, même s'il n'est pas votre ministre, et en toute bonne logique, tout le monde a été condamné rapido. A du sursis cependant, sauf pour trois qui, comme n'ont pas manqué de le souligner avec délectation certaines bonnes âmes pleureuses de vitrines, ont la joie de découvrir de l'intérieur les charmes de la toute nouvelle prison de Vivonnes, près Poitiers. Pendant un mois pour deux jeunes gens, et quatre pour un monsieur sans domicile fixe (si j'ai bien compris) d'une cinquantaine d'années.

Je crois que le fait qu'ils soient coupables ou innocents a été de peu d'importance pour le tribunal, qui cherchait avant tout à faire un exemple, de la manière la plus expéditive possible, tout en satisfaisant le besoin de vengeance que des policiers (et des ministres !) ont pu ressentir. Toute condamnation par l'appareil judiciaire est une injustice disproportionnée (mais nécessaire ?) dans la mesure où elle fait peser sur un seul individu le poids de la société entière. Mais être condamné pour un acte que l'on n'a pas commis est l'une des plus prodigieuses abominations que puissent secréter nos sociétés. Or il semble bien que tel soit le cas pour au moins une partie des personnes condamnées à Poitiers, dont le seul crime semble bien d'appartenir à la mouvance libertaire. Encore une fois l'Etat joue le jeu de la terreur.

Il va de soi que ces boucs émissaires ont besoin du soutien de tous ceux et celles qui préfèrent encore les gens aux choses. On trouvera ci-dessous des liens permettant de concrétiser ce soutien. Celui-ci est d'autant plus nécessaire que le Parquet a fait appel, considérant que les peines n'étaient pas assez dures !

*

Pour les faits, je vous conseille notamment deux blogs locaux non militants, mais de bonne foi : Coccinelle et Pourquoi pas Poitiers. On y trouvera le récit des événements et des liens vers d'autres sites d'actualités locales. On pourra comparer avec le récit très orienté et outrancier qu'en ont fait les grands médias ("émeute", "ultra-violence" et autres termes grandiloquents). Voir aussi le blog du collectif contre la prison de Vivonnes.

Pour avoir un aperçu des débats qui ont suivi ces événements au sein de la mouvance libertaire, on peut par exemple aller faire un tour sur le Forum anarchiste. On y trouvera au fil de la discussion des réflexions diverses et généralement nuancées, ainsi que les communiqués militants.

Un blog de soutien, non militant, se trouve à cette adresse : http://soutiensametjeansalvy.over-blog.org/. Initié par la famille et les ami-e-s des deux étudiants emprisonnés, il étend désormais son soutien (encore heureux !) au quinquagénaire. Il est intéressant de constater qu'une manifestation de soutien pourtant absolument calme et pacifique a failli mal se terminer du fait, semble-t-il, de l'extrême sensibilité de certains gradés des forces de l'ordre. Il est peut-être utile que les gens ordinaires (ceux qui ne sont ni des marginaux, ni de "sales gauchisses") constatent ce genre de détails qui ne cadrent pas vraiment avec l'idée qu'ils se font d'un pays censé garantir les libertés d'opinion et d'expression. A consulter également le blog du comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux. Enfin une caisse de soutien plus militante est mise en place par des libertaires locaux, voir ici.

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:23

Cliquer pour agrandir

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 10:33

... tel est le principe n°1 du métier de ministre de l'Intérieur (c'est pas nouveau).

Après l'affaire Tarnac de sinistre mémoire et toujours pas réglée, il y en a une qui continue à s'enfoncer :

http://www.libebordeaux.fr/libe/2009/03/frapps-lors-dun.html
http://www.libebordeaux.fr/libe/2009/03/collgiens-contr.html
http://www.sudouest.com/accueil/actualite/article/522673/mil/4256379.html
http://www.cetace.org/forums/viewtopic.php?f=16&t=8072#p60596

Mais non, mais non, les brutalités policières ne se généralisent pas... et ne sont absolument pas encouragées !

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 18:13

Trouvée en dépouillant Les Partisans, cette splendide invitation, très punk as fuck !

Carte d'invitation à un "déjeuner des Partisans", par Paul Guignebault,
reproduite dans le n°5 des Partisans du 5 janvier 1901.
Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 19:21

Trouvé au gré de recherches internautiques, cet articulet non signé de L'Abeille de La Nouvelle-Orléans du 19 janvier 1913. Anecdotique mais rigolo...


Une boucle de cheveux de Napoléon

Vous savez qu'à part certaines exceptions, les autographes des grands hommes se vendent pour rien. On croyait que leurs cheveux, forcément moins abondants que leurs lettres, constituaient une denrée plus précieuse et devaient se payer des prix fabuleux.

Cela aussi était une illusion. On vendait récemment des boucles coupées sur les fronts des plus illustres et vous ne sauriez croire combien ces enchères furent peu animées. Un exemple vous permettra de vous en rendre compte, puisque pour soixante-quinze francs un monsieur put s'offrir une mèche ayant appartenu à Napoléon !

Nous devons à la vérité de dire qu'il y a depuis quelques années, un tassement très notable dans les cours de cette relique car il y a quelque cinquante ans on n'aurait pu se procurer le plus petit frison du "Corse à cheveux plats" à aussi bon compte. Ouelques mèches coupées sur le front impérial à Sainte-Hélène firent 6250 francs dans une vente ; une autre de la même provenance atteignit seulement [illisible]000 francs, quelques lustres plus tard. Il y a dix ans, il fallait compter 100 ou 200 francs pour la posséder ; vous l'avez aujourd'hui pour la moitié !

Après les cheveux de Napoléon, ce sont ceux de Nelson qui ont atteint le plus haut prix. Une boucle de l'amiral fut adjugée 850 francs. Wellington n'a jamais pu trouver preneur pour plus de 25 francs. Le système pileux des grands écrivains est le façon générale, plus estimée que celui des grands guerriers. On paya 125 francs une boucle de Walter Scott; 850 une de Musset et 1500 une de Victor Hugo. Peu après l'avoir acquis, son propriétaire la reconnut fausse. Il ne voulut pas la garder une minute de plus et. la revendit incontinent pour... 2000 francs !

On n'a pas encore de données bien précises sur le prix que pourraient atteindre, en vente publique, les cheveux de nos plus notoires contemporains, pourtant il nous est permis de supposer que si ceux de M. Pierre Wolf se paieraient un bon prix, on aurait à bien meilleur compte ceux de M. Han Ryner, encore qu'une couronne princière soit posée dessus.


Source : http://nobee.jefferson.lib.la.us/Vol-162/01_1913/1913_01_0137.pdf

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 14:12

Après les considérations nuancées de l'abbé Bethléem sur l'œuvre de Han Ryner, il me paraît opportun de publier cet écho tiré du Paris-Midi du 20 octobre 1912. Il n'est pas impossible que cette situation ait suggéré à Ryner le point de départ de son roman La Soutane et la Veston. Ajoutons que dans son en enfance, le petit Ner se destinait à la prêtrise (ce qui le mena finalement à l'anticléricalisme — cf. ici par exemple).


Mon cher ami,

Qui donc vous renseigne avec une aussi merveilleuse exactitude ? Il est bien vrai qu'à l'U.P. du faubourg Antoine, Libertad commença un discours par cette étourderie ou cette malice : « M. Naudet et l'abbé Ryner...» Et sans doute n'ignorez-vous pas, omniscient Jean de l'Escritoire, qu'à ce moment M. Naudet en soutane et l'abbé Ryner en veston étaient assis l'un près de l'autre et qu'ils se penchèrent l'un vers l'autre en souriant. Mais votre oreille fut-elle assez fine pour entendre le court dialogue qu'ils échangèrent à voix basse :

M. NAUDET. — Soyez fier, ce n'est pas donné à tout le monde.

L'ABBE RYNER. — Je suis d'autant plus fier que je soupçonne l'évêque qui vient de m'ordonner d'être plus naïvement chrétien que celui qui me confirma.

J'ai tenu à vous apprendre tout ce que je sais sur cet incident, que la grave histoire consignera sur d'immortelles tablettes.

J'ai tenu surtout, etc.

Han Ryner

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 18:40

Quelques lignes consacrées à Ryner par l'abbé Bethléem dans son inénarrable Romans à lire et romans à proscrire (édition de la "Revue des Lectures", 1925, p. 149-150). En attendant Noël*, et aussi la suite de ce Soupçon qui a tant plu au bon abbé...

* Farfouillez par-là...


HAN RYNER, de son vrai nom HANS RYNER, ou HENRI NER, ancien professeur, philosophe et littérateur, né en Algérie, en 1862, d'une famille norvégienne.

« Insoucieux des convenances, tragique et fangeux comme la vie, brutal et simple comme une étude médicale », tel est, d'après la préface de l'auteur, l'ouvrage intitulé Le Soupçon ; tel est aussi l'ensemble de ses œuvres.


Je néglige d'insérer un sic après chacun des mots de cette citation, qui le mériterait bien pourtant.

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 19:28

Le sage n'agira-t il donc jamais sur la société ?

Le sage sait qu'on ne détruit ni l'injustice sociale ni l'eau de la mer. Mais il s'efforce de sauver un opprimé d'une injustice particulière, comme il se jette à l'eau pour sauver un noyé.

Han Ryner, dans le chapitre IV du Petit manuel individualiste

Tristesse immense — mais non surprise — en constatant que de nos jours, en France, on peut qualifier de "terroristes" des actes de vandalisme qui, pour ce que nous en sachions, n'attentent en aucun cas à l'intégrité ni à la dignité de qui que ce soit.

Indignation immense — mais non surprise — quand on voit à quel point la présomption d'innocence, autrement dit la dignité d'êtres humains, peut être bafouée par le pouvoir et les médias.

Terreur immense — mais non surprise — devant le retour larvé des lois scélérates et du délit — que dis-je ? du crime ! — d'opinion par le biais de l'association de malfaiteurs.

Heureuse surprise : il y a quand même des personnes, et pas forcément des sympathisants de l'anarchisme, qui ne se laissent pas sidérer par une épithète, si prodigieusement infamante soit-elle ! Respect immense pour tous ces gens.

Si vous en faites partie, vous soutiendrez sans doute les inculpés dans l'affaire de Tarnac :

http://www.soutien11novembre.org

Quant à une insurrection que certains souhaiteraient voir venir, remarquons qu'elle est bien mieux préparée par l'épuisement des ressources, la pression sur l'environnement, les inégalités montantes et la frustration consumériste — toutes choses largement favorisées par tous les gouvernements de la Terre et aussi, que cela plaise ou non, par le citoyen occidental lambda (je m'y inclus) — que par n'importe quelle action de sabotage.

L'espèce humaine embarquée dans le TGV de sa volonté de puissance est lancée à grand vitesse dans le mur de ses limites, rien ni personne ne pourra l'arrêter à temps. L'une des méthodes qui pourraient stopper le train fou, bien plus efficace qu'une rupture de caténaire, a nom "volonté d'harmonie", mais elle semble inapplicable à grand échelle. Il est dans la nature de l'évolution naturelle que les espèces prolifèrent puis s'éteignent. Il n'y a strictement rien à espérer. Seul nous reste l'inextinguible désir de ne pas nuire, et la désolation profonde de n'y point parvenir (à chaque fois que je consomme, inévitablement je nuis).

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Vite fait !
commenter cet article

Que trouver ici ?

Des textes et documents de, sur et autour de Han Ryner (pseudonyme de Henri Ner), écrivain et philosophe individualiste, pacifiste et libertaire. Plus de détails ici.

Recherche

A signaler

⇓ A télécharger :
# une table des Cahiers des Amis de Han Ryner.
# les brochures du Blog Han Ryner.
# un roman "tragique et fangeux comme la vie" : Le Soupçon.

ƒ A écouter :
l'enregistrement d'une conférence de Han Ryner.

 Bientôt dans votre bibliothèque ?

De Han Ryner :

L'Homme-Fourmi
La Fille manquée
http://www.theolib.com/images/lulu/sphinx.jpgLe Sphinx rouge
Les Paraboles cyniques
L'Individualisme dans l'Antiquité
Comment te bats-tu ?
1905-pmi-2010Petit manuel individualiste
Le Cinquième évangile
Couverture de la réédition du Le Père Diogène
Pour les germanistes... Nelti

Sur Han Ryner :

Le colloque de Marseille

Autour de HR :

4è plat de couverture du n°3 d'Amer, revue finissanteUn conte d'HR
dans Amer, revue finissante
Couverture du Ryner et Jossot
dans Le Grognard...
Couverture des Un livre de Louis Prat
Couverture d'une anthologie de poèmes d'Emile BoissierDes poèmes d'Emile Boissier
HR parmi les
Briseurs de formules

Contact

Ecrire aux Amis de HR
Ecrire à l'entoileur

Qui contacter pour quoi et comment...
Certains livres de Han Ryner sont encore disponibles → voir ici.