Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 17:39

Deux mois déjà que L'Homme-Fourmi a été réédité aux éditions de l'Arbre vengeur : il était temps que ce blog s'en fasse l'écho !

http://www.arbre-vengeur.fr/wp-content/uploads/2013/11/RYNER-COUVERTURE.jpgOn doit cette réédition à la volonté de Natacha Vas-Deyres, spécialiste de littérature utopique, d'anticipation et de science-fiction française, auteure d'une somme sur le sujet : Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle (éditions Honoré Champion, 2013). Natcha Vas-Deyres signe la préface, qui est avant tout une introduction au thème de la fourmi dans le "merveilleux scientifique" de la littérature fin XIX - première moitié du XX. On y apprend notamment que si deux contes russes pour la jeunesse (Le Héros d'une fourmilière de Vassili Avenarius et Les Aventures extraordinaires d'une fourmi de Fedor Skortsov), tous deux parus dans les années 1890, ont précédé L'Homme-Fourmi,

celui-ci inaugure une "veine littéraire" consacrée aux fourmis qui se perpétuera dès le début du XXe siècle : L'Homme-Fourmi apparaît comme le modèle du roman émerveillé par la vie des fourmis, ayant pour protagonistes des insectes, la présence de l'homme servant presque de prétexte narratif à un récit centré autour de la vie sociale des formidés.

On découvre ensuite quelques successeurs de ce roman, dont le bien alléchant (mais pas traduit en français) The Ants of Thimothy Thümmel du Hongrois Arpàd Ferenczy :

[ce livre] met en scène, encore une fois, un entomologiste aux prises avec les fourmis intelligentes Aruwini, en Afrique centrale  mais ce dernier raconte l'histoire de leur civilisation et démontre la supériorité intellectuelle et sociale des fourmis : l'ouvrage de Thimothy Thümmel, Text-Book of Zoology for Secondary Schools, interdits par les autorités, rétrograde l'être humain comme Homo immoralis semisapiens, alors que les fourmis sont consacrées comme Formica sapiens diligens !

Ryner est assez brièvement mais très correctement présenté (je ne relève qu'une petite erreur : Le Communisme et la Liberté figure dans la liste des principaux ouvrages rynériens, alors qu'il s'agit d'une brochure rassemblant des réponses à une enquête, Ryner n'y étant qu'un contributeur parmi bien d'autres).

A la fin de sa préface, Natacha Vas-Deyres écrit :

Même si l'anthropormorphisme ou la dimension philosophique colorent les récits consacrés aux formidés [...], il n'en reste pas moins que les auteurs ont fait des efforts stylistiques considérables pour nous donner à voir le monde humain selon le point de vue et les sens de la fourmi, aidés par les essais entomologiques, même si cela reste dans l'absolu un exercice purement spéculatif.

J'approuve, et j'ajoute que Ryner a, selon ses dires, nourri son roman de l'observation méthodique de fourmillières près de Sisteron.

Si l'on peut regretter l'absence des délicieuses petites vignettes dessinées par Mérodack-Jeanneau qui ornaient l'édition originale, on se réjouit de la belle couverture de Greg Vezon et des petites fourmis qui nous font quitter le roman comme sur la pointe des pattes...

L'Arbre vengeur et Natacha Vas-Deyres nous livrent donc une jolie édition, plutôt "grand public" mais de belle facture, de l'un de plus remarquables romans de Ryner. Qu'ils en soient remerciés !


Présentation de l'éditeur

On ne se méfie pas assez des fées, surtout celles qui errent dans les landes désertes et ont tôt fait de vous transformer en fourmi si vous acceptez de les prendre au sérieux. C’est cette aventure hors du commun que le héros de ce livre, tout d’abord incrédule avant de céder à l’émerveillement, va vivre pendant une année. Projeté dans l’univers d’une fourmilière, il découvre la grandeur d’une espèce minuscule dont, revenu au triste monde des hommes, il peinera à traduire les beautés, les intelligences et les héroïsmes.

Sur un thème qui inspirera des auteurs plus ou moins fameux, Han Ryner le premier a imaginé une remarquable et passionnante plongée, vibrante de poésie. Il a surtout cherché « un prétexte à blâmer nos orgueils, à nous qui par les sens, sommes inférieurs à tant d’animaux, à nous qui souvent croyons tout savoir et dont l’intelligence très probablement doit errer magnifiquement parmi une foule d’erreurs insoupçonnées ».

Une leçon de littérature en même temps qu’une leçon de vie. Et un roman inoubliable.

Han Ryner, L'Homme-Fourmi, préface de Natacha Vas-Deyres, éditions de L'Arbre vengeur, , 2013, 272 p., 15 euros, ISBN : 979-10-91504-07-2.


On pourra lire des recensions de L'Homme-Fourmi sur le site du journal en ligne l'Opinion et sur ActuSF.


Natacha Vas-Deyres a aussi écrit un article sur Ryner, paru dans le n° 20 de Quinzinzinzili, la revue de la Société des Amis de Régis Messac : « Han Ryner ou la science-fiction merveilleuse ». Lequel article, datant pourtant de l'an dernier (fin 2012) m'avait échappé !

Partager cet article

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans HR aujourd'hui
commenter cet article

commentaires

arbre vengeur 04/01/2014 23:44


L'éditeur de ce petit livre "grand public" remercie les augustes et vénérables animateurs de ce blog pour leur commisération face à cette réédition. Deux mois pour deux paragraphes, ça valait la
peine d'attendre...Encore merci.

C. Arnoult 05/01/2014 13:57



Je m'excuse si ce billet n'est pas à la hauteur de ce que vous attendiez... Vous vous êtes senti blessé par mon propos. En ce qui me concerne, je me sens blessé par votre incompréhension.


"grand public" n'est absolument pas péjoratif dans mon esprit et j'espère sincèrement qu'avec votre réédition de "L'Homme-Fourmi", Han Ryner trouvera un public plus large que celui que des
rééditions plus érudites mais beaucoup plus confidentielles et beaucoup moins bien diffusées ont pu lui acquérir.


Quand aux deux mois d' "attente", d'une part je n'ai acquis que récemment votre réédition, d'autre part vous aurez pu remarquer que je n'alimente que très sporadiquement ce blog, ne trouvant plus
le temps ni l'envie de le faire. Je dirais même que cela confine au blocage psychologique. J'ai passé énormément de temps - beaucoup trop - à un certain moment de ma vie à m'occuper de Ryner et
de ce blog, sans que cela ait en quoi que ce soit contribué à la diffusion de son oeuvre. Le découragement est là et bien là, et j'ai maintenant d'autres occupations dans lesquelles je me sens
plus utile. Si l'enthousiasme concernant Ryner me reprend de temps à autre, il retombe très vite, c'est ainsi.


Quant à la longueur du billet, votre réédition est logée à la même enseigne que celles qui ont eu lieu récemment : vous pourrez le constater ici et là. Encore une fois, je ne trouve plus le temps ni la motivation pour pondre des
billets de trois pieds de long. En revanche si quelqu'un veut me transmettre un texte plus long sur le sujet, je le publierai avec plaisir, comme je l'ai fait pour le texte de Daniel Lérault sur
"La Fille manquée".


Je vous remercie encore une fois, ainsi que Natacha Vas-Deyres, pour la réédition de "L'Homme-Fourmi".


[Ajout du 11/01] Une semaine après (ce n'est pas de trop pour digérer de tels propos), je souhaite enfoncer le clou : quoi qu'en pense l'éditeur, j'aime cette édition de L'Homme-Fourmi, la
préface de Natacha Vas-Deyres en est tout à fait intéressante, la présentation graphique est belle. J'ai été extrêmement mesuré dans ma réponse et j'ai préféré éviter tout procès d'intention, me
justifiant pour des choses sur lesquelles, après tout, je n'avais peut-être même pas à me justifier, mais je devrais peut-être quand même ajouter que je ne suis pas là pour servir la soupe à qui
que ce soit.



Olmès 04/01/2014 07:47


Et un beau portrait d'Han Ryner en couverture :


http://www.bdfi.info/couvs/quinzinzinzili20.jpg

C. Arnoult 05/01/2014 13:23



Merci pour ce lien ! Je viens de l'ajouter dans le billet.



SPiRitus 04/01/2014 00:20


Voilà une année qui commence bien puisque le blog Han Ryner reprend du service. Meilleurs voeux, cher ami !

C. Arnoult 05/01/2014 13:23



Meilleurs voeux à toi aussi ! Mais le blog ne reprendra pas vraiment du service. Deux-trois billets en passant et ce sera tout. Cela fait longtemps que je ne trouve ni le temps, ni l'envie de
m'en occuper. Si d'autres veulent le faire...



Que trouver ici ?

Des textes et documents de, sur et autour de Han Ryner (pseudonyme de Henri Ner), écrivain et philosophe individualiste, pacifiste et libertaire. Plus de détails ici.

Recherche

A signaler

⇓ A télécharger :
# une table des Cahiers des Amis de Han Ryner.
# les brochures du Blog Han Ryner.
# un roman "tragique et fangeux comme la vie" : Le Soupçon.

ƒ A écouter :
l'enregistrement d'une conférence de Han Ryner.

 Bientôt dans votre bibliothèque ?

De Han Ryner :

L'Homme-Fourmi
La Fille manquée
http://www.theolib.com/images/lulu/sphinx.jpgLe Sphinx rouge
Les Paraboles cyniques
L'Individualisme dans l'Antiquité
Comment te bats-tu ?
1905-pmi-2010Petit manuel individualiste
Le Cinquième évangile
Couverture de la réédition du Le Père Diogène
Pour les germanistes... Nelti

Sur Han Ryner :

Le colloque de Marseille

Autour de HR :

4è plat de couverture du n°3 d'Amer, revue finissanteUn conte d'HR
dans Amer, revue finissante
Couverture du Ryner et Jossot
dans Le Grognard...
Couverture des Un livre de Louis Prat
Couverture d'une anthologie de poèmes d'Emile BoissierDes poèmes d'Emile Boissier
HR parmi les
Briseurs de formules

Contact

Ecrire aux Amis de HR
Ecrire à l'entoileur

Qui contacter pour quoi et comment...
Certains livres de Han Ryner sont encore disponibles → voir ici.