Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 18:43

VI
La Citadelle dans le Jardin

Le portrait le plus marquant de L’Individualisme dans l’Antiquité est à mon sens celui de Zénon de Cittium. Comme il est émouvant, ce petit métèque ruiné au monde, moqué des hommes, l’esprit brûlé au feu trop vif du Cynisme, et qui trouve l’apaisement et l’accomplissement dans l’harmonie qu’il se crée ! On lit à son sujet :

Vingt ans, il erra d’école en école. Nulle part ses inquiétudes ne trouvaient le repos. C’est en lui qu’il finit par découvrir le principe d’harmonie. Les matériaux qu’il emprunta aux uns et aux autres, il les fit vraiment siens par l’heureuse et nouvelle disposition qu’il leur donna (50).

Cela, dans une certaine mesure, Ryner aurait pu l’écrire pour lui-même. La tendresse particulière qu’il manifeste pour Zénon prend peut-être ici tout son sens.

Car, on l’a vu, bien qu’une certaine forme de stoïcisme constitue indéniablement le noyau de son éthique, il emprunte également des concepts et des pratiques aux autres sagesses, en particulier à l’épicurisme.

À propos de la comparaison épicurienne du cœur humain à un vase, il écrit qu’il la considère comme l’« un des chefs-d’oeuvre du symbole, une des plénitudes les plus riches que connaissent philosophie et poésie (51) ». Je suis quant à moi très tenté d’appliquer le même jugement à cette métaphore contenue dans La Sagesse qui rit, qui résume magnifiquement cette belle alliance du stoïcisme et de l’épicurisme qu’a su opérer, sans rien renier d’un combat viscéral et radical pour l’amour et contre l’injustice, ce philosophe antique du XX e siècle qui s’appelait Han Ryner :

L’épicurisme suffit aux circonstances ordinaires. Au centre du jardin, j’ai dressé l’imprenable forteresse d’Épictète. Je m’y retire seulement aux heures critiques. Mais je me souviens toujours qu’elle est là et j’entretiens le chemin qui y conduit. Grâce à elle, le jardin m’est plus doux : l’ombre de la citadelle tue les germes de crainte. Mon bonheur présent ne se corrompt de nulle appréhension (52).

C. Arnoult
2010 au mitan


Notes

(50) L’Individualisme dans l’Antiquité, p. 94 de la présente édition.

(51) Ibid., p. 77-78.

(52) La Sagesse qui rit, op. cit., p. 153.

Partager cet article

Repost 0
Published by C. Arnoult - dans Sur HR (études)
commenter cet article

commentaires

Que trouver ici ?

Des textes et documents de, sur et autour de Han Ryner (pseudonyme de Henri Ner), écrivain et philosophe individualiste, pacifiste et libertaire. Plus de détails ici.

Recherche

A signaler

⇓ A télécharger :
# une table des Cahiers des Amis de Han Ryner.
# les brochures du Blog Han Ryner.
# un roman "tragique et fangeux comme la vie" : Le Soupçon.

ƒ A écouter :
l'enregistrement d'une conférence de Han Ryner.

 Bientôt dans votre bibliothèque ?

De Han Ryner :

L'Homme-Fourmi
La Fille manquée
http://www.theolib.com/images/lulu/sphinx.jpgLe Sphinx rouge
Les Paraboles cyniques
L'Individualisme dans l'Antiquité
Comment te bats-tu ?
1905-pmi-2010Petit manuel individualiste
Le Cinquième évangile
Couverture de la réédition du Le Père Diogène
Pour les germanistes... Nelti

Sur Han Ryner :

Le colloque de Marseille

Autour de HR :

4è plat de couverture du n°3 d'Amer, revue finissanteUn conte d'HR
dans Amer, revue finissante
Couverture du Ryner et Jossot
dans Le Grognard...
Couverture des Un livre de Louis Prat
Couverture d'une anthologie de poèmes d'Emile BoissierDes poèmes d'Emile Boissier
HR parmi les
Briseurs de formules

Contact

Ecrire aux Amis de HR
Ecrire à l'entoileur

Qui contacter pour quoi et comment...
Certains livres de Han Ryner sont encore disponibles → voir ici.