Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 12:13

Je suis heureux de signaler un article de Vittorio Frigerio dans le dernier numéro de la revue Histoires Littéraires, article intitulé "Han Ryner et les paraboles historiques" (p. 25 à 42 du numéro 30).

L'étude porte en réalité sur deux aspects, ce que le titre ne met pas en évidence.

Dans une première partie, Frigerio s'interroge sur l'anarchisme de Han Ryner : peut-on considérer Han Ryner comme un auteur anarchiste (1) ? Tout en brossant un tableau de l'évolution des écrits de Ryner, il étudie donc la réception de son oeuvre dans la presse anarchiste, citant des critiques de Devaldès, Grave, Libertad, Wullens... Critiques qui tournent toujours autour des mêmes axes : tendance rynérienne au mysticisme, pacifisme absolu, éloge du détachement. En passant, Frigerio souligne bien la rupture qui a lieu vers 1900 entre une première période qu'il qualifie de "naturaliste" et le reste de l'oeuvre où Ryner s'insoucie du contemporain (2).

Dans la seconde partie de l'article, l'auteur s'intéresse à un texte bien précis : le feuilleton Mon frère l'Empereur paru en 1937 dans La Patrie Humaine, journal pacifiste. Cette analyse est introduite par des considérations sur le récit historique comme support de propagande anarchiste. Puis Frigerio s'attache à comparer cette vie d'Othon selon Ryner au récit qu'en fait Tacite, mettant en évidence le renversement de point de vue opéré par Han Ryner (3).

Cette étude m'a intéressé à plusieurs titres : elle livre des points de vue défavorables à Han Ryner (ce qui n'est quasiment jamais le cas aux CAHR...), s'inscrit dans une perspective comparative qui jusqu'alors n'a guère été appliquée à l'oeuvre rynérienne (4), et s'intéresse à un texte difficilement accessible dans son intégralité (5). Je souhaiterais qu'elle ouvre la voie à d'autres travaux du même type.

Vittorio Frigerio est professeur au Département de français de l’Université Dalhousie (Canada), responsable de la revue en ligne Belphégor, consacrée à l'étude des littératures populaires et de la culture médiatique. Il travaille en ce moment sur les relations entre la littérature et le mouvement anarchiste (fin XIXe - début XXe). Dans ce cadre, il s'est intéressé aux rapports entre Zola et les anarchistes (Émile Zola au pays de l’anarchie, Ellug, 2006). C'est aussi un spécialiste d'Alexandre Dumas. Il est enfin l'auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles. Voir ici et .

(1) Question récurrente qui a été longuement traitée par Hem Day dans Visage d'un centenaire, éd. Pensée & Action, 1963 (p. 83 à 105). Pour ma part, je vois les choses ainsi : si l'on veut bien considérer l'anarchiste comme celui ou celle à qui il est tout aussi odieux de commander que d'obéir, alors assurément Han Ryner est anarchiste. La question du plein développement de sa propre personnalité, par exemple, me semble alors une question liée mais presque secondaire (c'est d'ailleurs peut-être dans ces parages que j'établirais une distinction entre "anarchiste" et "libertaire") - il y a évidemment là matière à d'interminables débats.
(2) Frigerio est peut-être un peu catégorique quand il écrit que, lors de ce tournant, Ryner "délaisse une bonne fois pour toute son époque pour restituer à la vie d'anciens philosophes grecs [etc.]". Le Père Diogène, L'Amour plural, Prenez-moi tous !, La Soutane et le veston sont des romans qui ont pour cadre leur époque d'écriture. Il est cependant certain que ces textes n'ont pas pour ambition d'étudier une réalité contemporaine, mais fonctionnent davantage comme des fables. Peut-être est-ce dans ce sens-là que l'entend Frigerio.
Je chicanerais aussi sur un minuscule détail : on trouve déjà le classement bibliographique en quatre parties - que Frigerio attribue à Rosny aîné dans un texte datant probablement de 1920 - dans Le Rythme en 1912 sous la plume de Banville d'Hostel, qui l'attribue lui-même à M.-C. Poinsot ! J'ai tendance à penser que la paternité de la chose revient à Ryner lui-même, mais je ne suis pas en mesure de le prouver.
(3) Cette méthode comparative devrait être appliquée à plusieurs autres ouvrages : Le Cinquième évangile et Les Véritables entretiens de Socrate, sans doute aussi Le Fils du silence.
(4) Il y a cependant des choses intéressantes de ce point de vue dans la thèse de Gérard Lecha (Han Ryner ou la pensée sociale d'un individualiste au début du siècle, Tours, Université F. Rabelais, 1993) et dans celle de Caroline Granier ("Nous sommes des briseurs de formules". Les écrivains anarchistes en France à la fin du dix-neuvième siècle, Paris 8, 2003).
(5) Les CAHR n'avaient pas achevé la republication de Mon frère l'Empereur lorsque leur parution a été interrompue en 1991.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Que trouver ici ?

Des textes et documents de, sur et autour de Han Ryner (pseudonyme de Henri Ner), écrivain et philosophe individualiste, pacifiste et libertaire. Plus de détails ici.

Recherche

A signaler

⇓ A télécharger :
# une table des Cahiers des Amis de Han Ryner.
# les brochures du Blog Han Ryner.
# un roman "tragique et fangeux comme la vie" : Le Soupçon.

ƒ A écouter :
l'enregistrement d'une conférence de Han Ryner.

 Bientôt dans votre bibliothèque ?

De Han Ryner :

L'Homme-Fourmi
La Fille manquée
http://www.theolib.com/images/lulu/sphinx.jpgLe Sphinx rouge
Les Paraboles cyniques
L'Individualisme dans l'Antiquité
Comment te bats-tu ?
1905-pmi-2010Petit manuel individualiste
Le Cinquième évangile
Couverture de la réédition du Le Père Diogène
Pour les germanistes... Nelti

Sur Han Ryner :

Le colloque de Marseille

Autour de HR :

4è plat de couverture du n°3 d'Amer, revue finissanteUn conte d'HR
dans Amer, revue finissante
Couverture du Ryner et Jossot
dans Le Grognard...
Couverture des Un livre de Louis Prat
Couverture d'une anthologie de poèmes d'Emile BoissierDes poèmes d'Emile Boissier
HR parmi les
Briseurs de formules

Contact

Ecrire aux Amis de HR
Ecrire à l'entoileur

Qui contacter pour quoi et comment...
Certains livres de Han Ryner sont encore disponibles → voir ici.