Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2008 1 18 /02 /février /2008 23:17

Ryner préparait ses conférences en improvisant à partir d'un plan — et de notes plus détaillées si besoin était, mais il ne lisait jamais un discours écrit à l'avance. C'est l'un de ces brouillons de conférence que l'on va lire ci-après. Il a été publié dans le numéro 162 des CAHR.

Il s'agit d'une conférence consacrée à la poétesse Cécile Sauvage, que Ryner a manifestement appuyé dans ses débuts, en témoigne une lettre de Cécile Sauvage à Han Ryner lisible ici. Je ne sais pas quand a eu lieu la conférence. Si j'en crois le catalogue de la BNF, les recueils évoqués — L'âme en bourgeon et Primevère — ne seraient parus qu'en 1929, c'est-à-dire de manière posthume, puisque l'auteure est décédée en 1927. Le ton de la causerie ("L'âme en bourgeon bravo.") semble pourtant plaider pour une conférence de soutien plutôt que d'évocation.

Par ailleurs, et si j'ai bien compris, les poèmes de L'âme en bourgeon furent écrits en 1908, alors que Cécile Sauvage, mariée à Pierre Messiaen, était enceinte du futur compositeur Olivier Messiaen dont on fête le centenaire cette année.

Je ne sais pas de quels poèmes précisément viennent les courts extraits relevés par Han Ryner. Il faudra que je me procure les Oeuvres complètes de Cécile Sauvage, édités en 2002 à la Table Ronde. En attendant, j'irai faire un tour à cette adresse qui propose pas mal de textes. [Le 20/02/2008 : l'excellent SPiRitus éclaire notre lanterne concernant une grande partie des citations. Je vous renvoie aux commentaires qu'il a postés à la suite du billet. Grand merci à lui !]

Remarque : Je tente tant bien que mal de reproduire les espacements tel qu'ils apparaissent dans les Cahiers.


Cécile Sauvage

Exorde.— L'âme en bourgeon bravo. Sentiment commun

I.— Tout ce qu'il faut de personnalité profonde pour dire,
de façon à ne point faire          sentiments communs ou voisins
     Ce n'est pas la joie maternelle
     C'est la joie pré-maternelle
     Et cette joie de l'enfantem(ent) que vante l'Evangile, ici est douleur, délaissement.
     Et la méditation sur l'enfant qui n'est plus « tout à moi ».
                                              qui sera tout à la mort
                   « et ta tête de mort c'est moi qui l'ai sculptée »

II.— Primevère.— L'amour y est aussi original que la maternité
                                Ce n'est pas la passion débordée et romantique
                                Ce n'est pas la passion soutenue
                                C'est la passion vêtue d'un manteau d'azur et de tendresse.

III.— Et la tristesse vaillante d'un Vigny, d'un Moréas (Stances) avec grâce féminine
   
    Parfois d'un aveu qui s'élance
    J'ai crié combien j'étais lasse
    Puis j'ai senti que le silence
    Avait plus de poids dans l'espace
   
    Je suis autour de toi comme l'amande verte
    Qui ferme son écrin sur l'amandou laiteux
    Comme la cosse molle aux replis cotonneux
    Dont la graine enfantine et soyeuse est couverte
   
     « Tu ne sauras plus rien de moi le jour fatal où tu t'élanceras dans l'existence rude
     
                       Je suis la ruche sans parole
                        Dont l'essaim est parti dans l'air
                        Vois-tu, je suis vide et suis soûle
                        Comme une jonque sans rameurs
     
     Il est né, j'ai perdu mon jeune bien-aimé.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

SPiRitus 20/02/2008 15:04

L'AME EN BOURGEON forme la quatrième section du recueil de 1910, TANDIS QUE LA TERRE TOURNE. Pourquoi a-t-elle été, dans l'édition posthume (1929) des OEUVRES de Cécile Sauvage, séparée du volume initial ? Je l'ignore. La plupart des vers cités par Ryner, dans son brouillon de conférence, en sont extraits :

I. - "Et la tête de mort c'est moi qui l'ai sculptée" (dernier vers de "La Tête")

III. - "Je suis autour de toi comme l'amande verte(...) Dont la graine enfantine et soyeuse est couverte" (6e quatrain de "Enfant, pâle embryon")

- "Tu ne sauras plus rien de moi, le jour fatal / Où tu t'élanceras dans l'existence rude" (2 premiers vers du dernier quatrain du même poème)

- "Je suis la ruche sans parole (...) Comme une jonque sans rameurs" (2 derniers octosyllabes du 6e quatrain et 2 premiers du 7e - mais "rameur" est au singulier)

- "Il est né, j'ai perdu mon jeune bien-aimé" (premier vers de "Il est né...")

* Le quatrain "Parfois d'un aveu qui s'élance (...) Avait plus de poids dans l'espace" n'appartient pas à l'un des poèmes de la section ou du recueil de 1910.

* PRIMEVERE semble effectivement n'avoir paru qu'après la mort de l'auteure, dans ses OEUVRES (Mercure de France, 1929). Mais il se pourrait que ce titre désignât, à l'origine, comme L'AME EN BOURGEON, une section d'un recueil précédent (LE VALLON ? - 1913), auquel cas la conférence de Ryner eût pu être anthume.

C.A. 20/02/2008 15:35

Grand merci pour ces précisions ! Les choses commencent donc à s'éclaircir. Un aimable lecteur, ou une non moins aimable lectrice, possédant un exemplaire du Vallon pourrait-il nous aider à dissiper les brumes qui subsistent ?

SPiRitus 18/02/2008 23:55

Il faudra que je vérifie pour les autres, mais le dernier vers et ceux de "L'âme en bourgeon" figurent dans le recueil, TANDIS QUE LA TERRE TOURNE - POEMES - (Mercure de France, Paris, 1910). Je vous précise cela dans les jours qui viennent.

Que trouver ici ?

Des textes et documents de, sur et autour de Han Ryner (pseudonyme de Henri Ner), écrivain et philosophe individualiste, pacifiste et libertaire. Plus de détails ici.

Recherche

A signaler

⇓ A télécharger :
# une table des Cahiers des Amis de Han Ryner.
# les brochures du Blog Han Ryner.
# un roman "tragique et fangeux comme la vie" : Le Soupçon.

ƒ A écouter :
l'enregistrement d'une conférence de Han Ryner.

 Bientôt dans votre bibliothèque ?

De Han Ryner :

L'Homme-Fourmi
La Fille manquée
http://www.theolib.com/images/lulu/sphinx.jpgLe Sphinx rouge
Les Paraboles cyniques
L'Individualisme dans l'Antiquité
Comment te bats-tu ?
1905-pmi-2010Petit manuel individualiste
Le Cinquième évangile
Couverture de la réédition du Le Père Diogène
Pour les germanistes... Nelti

Sur Han Ryner :

Le colloque de Marseille

Autour de HR :

4è plat de couverture du n°3 d'Amer, revue finissanteUn conte d'HR
dans Amer, revue finissante
Couverture du Ryner et Jossot
dans Le Grognard...
Couverture des Un livre de Louis Prat
Couverture d'une anthologie de poèmes d'Emile BoissierDes poèmes d'Emile Boissier
HR parmi les
Briseurs de formules

Contact

Ecrire aux Amis de HR
Ecrire à l'entoileur

Qui contacter pour quoi et comment...
Certains livres de Han Ryner sont encore disponibles → voir ici.