Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2007 7 05 /08 /août /2007 11:45

undefinedEn 1934 parut dans la collection de la Brochure mensuelle (éditée à Paris par le Groupe de propagande par la brochure)  un opuscule pacifiste et anticlérical intitulé : Pourquoi l’Église ne peut être une force de paix ?, signé du nom de Henri Neyre.

Compte-tenu du thème abordé, on pouvait très légitimement supposer qu'il s'agissait d'un écrit de Han Ryner. A la lecture du texte cependant, le doute s'installe : le style ne ressemble pas à celui de Ryner et l'auteur parle d'une tournée de conférences faites en Auvergne (jamais attestée chez Ryner). D'autres détails semblent bien montrer que la brochure n'est pas de Han Ryner.

Restait à déterminer qui en était réellement l'auteur. La réponse nous est fournie par le site de l'OURS (Office Universitaire de Recherche Socialiste) à cette adresse : http://www.lours.org/default.asp?pid=260.

Henri Neyre est donc le pseudonyme de Henri Cerclier (1911-2002). Membre des Jeunes Socialistes de l'Allier dans les années 1930, il fait des tournées de propagande sous le pseudonyme de Neyre par délicatesse pour sa famille — bourgeoise — qui n'appréciait guère son engagement.

La brochure qui nous intéresse reprend des arguments développés lors de ces tournées. Grand lecteur d'Alain, pacifiste, il sera de la Ligue des Droits de l'Homme, dénoncera les procès de Moscou, participera à la Résistance. Après la guerre, il occupera des fonctions de sous-préfet dans divers départements. Il assumera la charge de secrétaire général de l'OURS de 1989 à 1992. Pour plus d'informations, lisez sa notice biographique à l'adresse donnée plus haut.

Pour en revenir à Han Ryner, notons que celui-ci est cité dans la brochure de Neyre, et rappelons qu'il a participé à de nombreuses causeries anticléricales. Et son texte de soutien à Gaston Rolland fut éditée à la Brochure mensuelle (Une conscience pendant la guerre — l'affaire Gaston Rolland, 1923).

Rendons à Henri Cerclier ce qui est à Henri Neyre, et à Han Ryner ce qui lui appartient ! Et gageons que cette petite erreur — que l'on retrouve jusque dans le catalogue de la BNF — sera bientôt corrigée là où elle doit l'être.

Remerciements à D. Lérault qui a trouvé le fin mot de l'histoire !


[Compléments ajoutés le 23 février 2008 : HR cité par Henri Neyre, table de la brochure et lettre-préface.]

Han Ryner cité par Henri Neyre

Han Ryner est cité dans la note 1 de de la page 21 (la source n'est pas donnée, il faudra que je recherche) :

(1) Je ne résiste pas au plaisir de soumettre aux méditations de mes lecteurs, ces jolies lignes de Han Ryner :

« La beauté est la grande révolutionnaire.

« Bossuet veut me soumettre aux disciplines de l'Eglise. Le noble mouvemement de ses rythmes, le vérité profonde et multiple du détail m'empêche d'entendre le mensonge de la surface et du parti-pris. Bossuet, malgré son dessein, me délivre de l'Eglise plus subtilement que Voltaire.

« Mais Bossuet n'est pas l'artiste complet, puisqu'il veut autre chose que la beauté et la vérité, et puisqu'il réussit le contraire de ce qu'il veut. Quand l'harmonie se fait entre les profondeurs et la surface, entre le rythme et la pensée, entre le geste et la parole, quand l'artiste sait ce qu'il est et consent à ce qu'il est : il devient la plus efficace, la plus admirable et la plus persécutée des forces de libération.

« Aimons deux fois ceux qu'on entoure de de huées ou de haine silencieuse pour les punir de chanter la vérité d'une voix juste. »

Cette citation intervient dans la partie "L'Eglise, c'est l'ignorance", où après avoir montré que l'Eglise se doit de combattre la science, l'auteur prévoit l'objection suivante : « L'Eglise n'a-t-elle pas suscité d'admirables chefs-d'œuvre artistiques ? ». Objection à laquelle il répond : « Oui, tout ce que nous admirons et tout ce qui pourrait faire pardonner à l'Eglise ses horreurs et ses crimes, ne lui appartient pas en propre, et s'est développé malgré elle et à l'encontre de ses principes et de son crime. »

Chose amusante, cette note intervient juste après une citation de... Laurent Tailhade ! On sait que Ryner et Tailhade se détestait cordialement. Voici la citation de Tailhade : « Le degré de civilisation d'un peuple se mesure à la dose de Christianisme qu'il peut éliminer. » Neyre ne donne pas la source.

Table des matières

  • Agents de guerre
  • L'Eglise, c'est l'ignorance
  • L'Eglise est la haine
  • L'Eglise est la guerre
  • Forces de paix

Lettre-préface

A Rémy DUGNE,

Sur ton inspiration et sous l'égide de la Libre Pensée, j'ai entrepris cet hiver, dans ta pittoresque Auvergne, une série de conférences sur ce sujet « L'Eglise est-elle une force de paix ou un agent de guerres ? ». Tu en connais le plan. Dans une première partie purement historique, je montre que l'Eglise n'a pas été dans le passé, la force de paix que certains veulent voir. Dans une deuxième, j'essaie de démontrer pourquoi l'Eglise ne sera jamais une force de paix. Sur le premier point, il existe une quantité de brochures ou de livres intéressants et documentés auxquels je me suis en grande partie référé et dont je ne puis que conseiller vivement la lecture (1). Le deuxième point, à ma connaissance, n'ayant pas fait l'objet d'un travail d'ensemble, je me suis décidé à rassembler, rédiger et publier les idées que je développe sur ce thème et la documentation qui l'éclaire.

Dans cette brochure, si j'ai substitué aux amplifications verbales que demande la tribune, des développements un peu abstraits d'idées générales, j'ai poursuivi le même but que dans mes conférences : faire un travail qui soit à la fois de propagande et d'enseignement (c'est ce qui explique la variété multiple des citations et des références).

Puisse ce modeste effort que je te dédie, n'être pas trop éloigné de ce but et trop inférieur à cette ambition.

Juin 1934.

Henri Neyre.

(1) Voir A. Lorulot : L'Eglise et la Guerre. — Les brochures de Michaud, Lapeyre, Chardon, Vicard, etc...

Partager cet article

Repost 0
Published by C.A. - dans Vite fait !
commenter cet article

commentaires

Que trouver ici ?

Des textes et documents de, sur et autour de Han Ryner (pseudonyme de Henri Ner), écrivain et philosophe individualiste, pacifiste et libertaire. Plus de détails ici.

Recherche

A signaler

⇓ A télécharger :
# une table des Cahiers des Amis de Han Ryner.
# les brochures du Blog Han Ryner.
# un roman "tragique et fangeux comme la vie" : Le Soupçon.

ƒ A écouter :
l'enregistrement d'une conférence de Han Ryner.

 Bientôt dans votre bibliothèque ?

De Han Ryner :

L'Homme-Fourmi
La Fille manquée
http://www.theolib.com/images/lulu/sphinx.jpgLe Sphinx rouge
Les Paraboles cyniques
L'Individualisme dans l'Antiquité
Comment te bats-tu ?
1905-pmi-2010Petit manuel individualiste
Le Cinquième évangile
Couverture de la réédition du Le Père Diogène
Pour les germanistes... Nelti

Sur Han Ryner :

Le colloque de Marseille

Autour de HR :

4è plat de couverture du n°3 d'Amer, revue finissanteUn conte d'HR
dans Amer, revue finissante
Couverture du Ryner et Jossot
dans Le Grognard...
Couverture des Un livre de Louis Prat
Couverture d'une anthologie de poèmes d'Emile BoissierDes poèmes d'Emile Boissier
HR parmi les
Briseurs de formules

Contact

Ecrire aux Amis de HR
Ecrire à l'entoileur

Qui contacter pour quoi et comment...
Certains livres de Han Ryner sont encore disponibles → voir ici.